22 Août 2022

Ce que la vie signifie pour moi à Aurillac

Les trois coups – Stéphanie Ruffier

Dans les arts de la rue, elles sont désormais nombreuses les compagnies qui misent sur le livre comme matière première. La lecture comme force émancipatrice ? On signe des deux mains. La comédienne et metteure en scène Maïa Ricaud, née dans une famille de militants, a une foi indéboulonnable en la littérature : « Elle me multiplie, me transforme, me fait devenir homme, femme, intellectuelle, peintre, cheminot, tueur, vieux, enfant, etc. Ces métamorphoses m’aident à appréhender le monde, à ne pas m’abreuver de généralités, mais au contraire à me nourrir de la particularité des êtres. » Dans ce dernier opus, elle s’attelle à Jack London. Et c’est une grande réussite.

Lire l’article